Conseils pour vos animaux

COVID-19 et services vétérinaires

L’Ordre des médecins vétérinaires du Québec souhaite soutenir le public à faire face à la situation exceptionnelle qui a cours dans la province relativement à la pandémie du Coronavirus et particulièrement dans le domaine des animaux de compagnie. Voici une courte vidéo pour mieux comprendre la situation :

 

 

  • Environ 90% des établissements vétérinaires refusent actuellement des patients.Pourquoi?

    1. Augmentation des demandes de consultationDepuis le début de la pandémie, les Québécois adoptent davantage d'animaux de compagnie ce qui augmente la demande en soins préventifs et en stérilisations. Ils font aussi plus d'activités avec leurs animaux, ce qui augmente les risques de blessures.

    2. Un retard accumuléÀ la suite de l’arrêt des soins non-essentiels en mars 2020, les vétérinaires ont accumulé beaucoup de retard dans les soins préventifs.

    3. Des mesures pour la sécurité de tous... qui ralentissent le fonctionnement de la clinique
      • Limite de clients dans l’établissement.
      • Augmentation du temps alloué pour chaque rendez-vous (désinfection entre chaque client).
      • Triage des cas selon la priorité - beaucoup de temps au téléphone!
      • Clients non permis lors des examens.
      • Absences plus fréquentes du personnel en raison de la COVID-19.
    4. Priorisation des cas : Même si les soins non-essentiels ont repris, le processus est ralenti et les vétérinaires doivent continuer à appliquer une priorisation des rendez-vous pour permettre aux animaux malades d’être vu plus rapidement.

    Même s'ils sont en mesure de voir moins d'animaux, les médecins vétérinaires travaillent plus fort. Ce sont 65 % des médecins vétérinaires qui ont augmenté leur nombre d'heures travaillées et 87% se sentent épuisés face à cette situation.

  • Comment les propriétaires d'animaux peuvent-ils aider à améliorer la situation?

    • Patience – Essentielle en temps de pandémie!

    • Respect – des consignes et des mesures sanitaires adoptées par les vétérinaires pour la protection de la santé publique.

    • Compréhension – Les vétérinaires font leur maximum afin de soigner le plus grand nombre d’animaux possible.

    • Calme – La COVID-19 affecte tout le monde, sans exception.

    • Vigilance – Compte tenu du délai dans l’obtention des rendez-vous, soyez à l’affut de la santé de vos animaux afin d’agir tôt en cas de suspicion de maladie.

    Dans l’incertitude, contactez un médecin vétérinaire.

  • Une des mesures sanitaires utilisée par les médecins vétérinaires consiste à limiter les personnes admises dans les établissements et les salles d’examen où la distanciation physique peut être difficile, voire impossible.

    Cette mesure permet d’examiner un plus grand nombre d’animaux car les protocoles de désinfection sont alors réduits.

    Cela étant dit, les médecins vétérinaires comprennent la frustration des propriétaires d’animaux face à cette contrainte et font tout dans leur pouvoir afin de rendre l’expérience la plus positive possible pour l’animal et son propriétaire.

    Communiquez vos inquiétudes, le médecin vétérinaire pourra mieux y répondre.

  • Les grands centres de référence et hôpitaux ouverts 24 heures sur 24 ne sont pas épargnés et subissent aussi un achalandage plus élevé que leur capacité de fonctionnement, tout en essayant d’accommoder le débordement des établissements vétérinaires réguliers :

    • Les animaux instables et sévèrement malades sont priorisés.
    • Il se peut que vous ne puissiez pas avoir de rendez-vous immédiatement si la condition de votre animal est jugée assez stable.
    • Les listes d’attente pour les services spécialisés peuvent être plus longues que d’habitude.

    Il est possible que vous deviez vous déplacer sur une plus longue distance pour accéder à des soins d'urgence. Si possible, consultez avant que la situation ne requière une assistance immédiate.

  • L’adoption d’un animal de compagnie en général et d’un chien en particulier, apporte plusieurs bienfaits psychologiques et physiques à la personne qui l’adopte, contribuant ainsi au bien-être de la population québécoise.

    Bien que l’Ordre ne souhaite pas décourager le public à adopter un chien, nous aimerions soulever certaines considérations non négligeables entourant l’adoption de chiens en cette période particulière qu’est la pandémie COVID-19.

    • La disponibilité des soins vétérinaires est limitée. Depuis le début de la pandémie COVID-19, les vétérinaires dans le domaine des animaux de compagnie ont de la difficulté à rattraper le retard et il peut être difficile d’obtenir un rendez-vous en médecine préventive (vaccinations et stérilisations) pour votre nouveau chien.

    • La socialisation des chiots représente un défi pendant la COVID-19, alors que cette étape est essentielle à leur développement. En effet, une bonne socialisation consiste à exposer le chiot au plus grand nombre et à la plus grande variété de personnes, d’animaux et d’environnements afin qu’il apprenne à vivre dans la société. Avec les mesures sanitaires en place, notamment la distanciation physique, il est beaucoup plus complexe de bien socialiser un nouveau chien.

    • Se procurer un chien pendant la COVID-19 devient plus ardu. L’adoption canine a connu une hausse inégalée - les éleveurs honnêtes et consciencieux n’ont plus de chiens disponibles, leurs listes d’attentes débordent et les refuges sont vides. La demande dépasse largement l’offre et donc les prix montent en flèche. Les usines à chiots ainsi que les personnes peu scrupuleuses profitent de cet engouement, il faut demeurer vigilant.

    • Investissement de temps à long terme : Un chien peut vivre en moyenne 12 à 15 ans selon les races. Depuis le début de la pandémie de COVID-19 en mars 2020, plusieurs personnes sont en télétravail et ont donc plus de temps à consacrer à leurs animaux. Il est important de se poser les questions suivantes avant d’adopter :

    Avez-vous pensé à votre style de vie après la pandémie?
    Pensez-vous conserver la même disponibilité pour répondre aux besoins de votre chien?
    Aviez-vous l’habitude de prendre des vacances à l’étranger? Si oui, il faudra penser aux options de garde durant votre absence (famille, chenil, etc.).

    • N’oubliez pas votre budget. Il faut prévoir des sous pour subvenir aux besoins d’un chien (nourriture, soins vétérinaires, etc.).

    Aurez-vous le même budget après la pandémie?

  • LA COVID-19 ET LES ANIMAUX

    Q. Est-ce que les animaux peuvent avoir le COVID-19

    R. Même si les cas de transmission de la COVID-19 des humains vers les animaux demeurent extrêmement rares, certains animaux ont été infectés par contact étroit avec des humains infectés. Pour l’instant, rien n’indique que la situation inverse soit possible, à savoir une infection de l’animal à l’humain.

    L’Ordre des médecins vétérinaires du Québec invite les propriétaires d’animaux à la prudence. Si vous deviez être infecté à la COVID-19, appliquez les mêmes mesures de précaution auprès de vos animaux qu’auprès des autres membres de votre foyer.

    1. Limitez tout contact étroit avec vos animaux ou avec le bétail.

    2. Évitez de tousser ou d’éternuer en leur direction.

    3. Évitez que vos animaux entrent en contact avec d’autres animaux ou avec d’autres

      personnes extérieures à votre foyer.

    Q. Est-ce qu’il est sans danger alors de toucher aux animaux?

    R. Non. Leurs « surfaces » peuvent être contaminées comme n’importe quelle surface autour de nous. Avec leur fourrure, les animaux ont une grande surface de contact, de plus ils ont des surfaces « humides » (le nez et la bouche et possiblement le poil) où le virus peut résister plus longtemps (quelques jours) que sur les surfaces sèches (quelques heures).

    Q. Est-ce que je dois limiter mes contacts avec les animaux si je suis infecté?

    R. Oui. Tout comme vous limiterez vos contacts en général pour ne pas disséminer le virus.

    Q. Est-ce que je dois limiter mes contacts avec les animaux si je ne suis pas infecté?

    R. Oui. Tout comme vous évitez les contacts avec les autres personnes, évitez les contacts avec leurs animaux. Vous pouvez continuer les contacts avec vos animaux, mais vous devriez éviter les contacts entre vos animaux et les autres personnes.

    Q. Est-ce que je devrais limiter les contacts de mon animal de compagnie avec d’autres animaux?

    R. Oui. Lorsque vous promenez votre chien, gardez une bonne distance avec les autres marcheurs s’ils promènent également un chien. On sait que les chiens sont très sociables et il faut éviter qu’ils entrent en contact les uns avec les autres. Ce n’est pas, non plus, le bon temps pour fréquenter les parcs canins. Le virus peut circuler par l’entremise des animaux. Si vous avez un chat, gardez-le à l’intérieur.

    Q. Que faire si mon animal tousse?

    R. Si votre animal devait présenter des symptômes similaires à ceux de la COVID-19 et qu’il est susceptible d’avoir été en contact avec une personne infectée par le virus, limitez ses contacts avec autrui et surveillez son état de santé. Au besoin, contactez votre médecin vétérinaire pour obtenir des conseils plus spécifiques.

    Q. J’ai le COVID-19 présentement. Que dois-je faire avec mon animal de compagnie?

    R. Selon le cas de figure :

    Si vous êtes en isolement à la maison, nous recommandons de garder votre animal avec vous. Si c’est un chien et qu’il doit sortir, sortez-le en laisse en restant loin des autres personnes en appliquant toutes les recommandations pour éviter les transmissions (lavage des mains et masque). Si c’est impossible, vous devrez demander de l’aide à un proche aidant.

    Si vous devez être hospitalisé et qu’aucun proche aidant ne peut s’occuper de votre animal, trouvez à le relocaliser, mais sachez qu’il devra passer par une étape de décontamination. Il faudra aussi qu’il soit très bien identifié à l’aide d’un collier sur lequel on pourra trouver vos coordonnées. Préparez son carnet de santé si vous l’avez et remplissez ce document (lien). Si vous ne pouvez pas imprimer le document, simplement transcrire les questions sur un support quelconque et noter vos réponses (nom et coordonnées de la personne responsable de votre animal pendant votre absence, ses coordonnées, votre clinique vétérinaire, besoins de votre animal, etc.)

    Q. Je suis en confinement et je me sens seul. Est-ce un bon moment pour adopter un animal?

    R. Il existe encore beaucoup de variables inconnues sur la possibilité qu’un animal transporte le virus dans son pelage et sur la bonne façon de le décontaminer. Si vous faites partie d’un groupe de personnes plus vulnérables (immunosuppression, maladie chronique ou âge), il serait préférable de ne pas adopter d’animal pendant cette crise sanitaire.

    Consultez la communication émise à ce sujet

    CONSULTATIONS VÉTÉRINAIRES

     Q. Est-ce que des mesures de prévention sont mises en place dans les établissements vétérinaires actuellement afin de protéger la sécurité des personnes qui s’y rendent?

    R. Comme l’ensemble des organisations québécoises, les établissements vétérinaires doivent avoir mis en place, des mesures importantes pour afin de garantir la sécurité et d’éviter la propagation du virus.


    Merci à la Dre Nathalie Therrien, pour sa contribution à cette foire aux questions

    Les informations dans ce texte ont été trouvées sur les sites de :
    Maddie’s Shelter Medicine Program (University of Florida) National Animal Care Control (NACA)
    World Small Animal Veterinary Association (WSAVA) Organisation mondiale de la santé (OMS)
    Center for Disease Control (CDC)
    Organisation mondiale de la santé animale (OIE) IDEXX laboratoire de santé animale

  • En lien avec les services vétérinaires

Retour à la liste des sous-catégories