L'Ordre

La dentisterie animale : une intervention médicale loin d’être banale

La dentisterie animale : une intervention médicale loin d’être banale

L’Ordre des médecins vétérinaires du Québec souhaite rappeler à la population que — bien qu’elle puisse paraître comme étant un soin mineur — la dentisterie animale est une intervention médicale qui est loin d’être banale.

En effet, les actes en lien avec la dentisterie animale nécessitent des connaissances médicales que seuls les professionnels détenant un doctorat en médecine vétérinaire possèdent afin d’être réalisés en toute sécurité pour l’animal. « Au-delà du détartrage et du râpage dentaire, la dentisterie animale nécessite le recours à des examens radiographiques, la prescription et l’utilisation de produits permettant de tranquilliser ou d’anesthésier l’animal et parfois, l’extraction de dents. Il s’agit là de manipulations qui peuvent comporter certains risques pour la santé de l’animal et qui doivent donc être effectuées par un professionnel ayant la capacité d’agir si des complications devaient survenir », mentionne la présidente de l’Ordre, Dre Caroline Kilsdonk.

De plus, comme chez les humains, les problèmes bucco-dentaires chez les animaux peuvent engendrer des problèmes de santé globale plus graves et être difficiles à déceler, car ils présentent peu de symptômes apparents. Pour toutes ces raisons, il est essentiel que les examens et les soins dentaires soient effectués par un médecin vétérinaire qui possède une formation adéquate en la matière.

Pratique illégale

Afin d’assurer la protection du public de façon adéquate, le Code des professions prévoit que 28 professions, dont la médecine vétérinaire, sont « à titre réservé et d’exercice exclusif » au Québec. Cela signifie que seuls les membres de l’ordre professionnel concerné sont autorisés à utiliser le titre, à poser les actes et à exercer les activités que la loi leur réserve. L’objectif étant de s’assurer que le professionnel dispose des connaissances, des compétences et de l’encadrement requis pour exercer sa profession.

C’est en ce sens que l’Ordre des médecins vétérinaires du Québec protège le public contre les personnes exerçant illégalement la médecine vétérinaire ou laissant croire au public qu’elles sont habilitées à le faire. « En procédant à des enquêtes sur des situations potentielles d’exercice illégal et s’il y a lieu, en intentant des poursuites pénales, l’Ordre veut éviter au public de se trouver devant une personne ne disposant pas des compétences pour apporter des soins à son animal et surtout, que des complications graves en résultent », poursuit Dre Kilsdonk. Les membres du public qui veulent se renseigner sur ce qui est considéré comme de la pratique illégale ou signaler une situation de pratique illégale peuvent obtenir des précisions en visitant la section « Protection du public » du site Web de l’Ordre au www.omvq.qc.ca.

Trouver un médecin vétérinaire

Plusieurs médecins vétérinaires pratiquent la dentisterie animale au Québec. Pour trouver un professionnel qui peut apporter des soins dentaires à leur animal, les membres du public peuvent se rendre sur le site Web de l’Ordre au www.omvq.qc.ca, cliquez sur « Trouver un médecin vétérinaire ».

  

À propos de l’Ordre des médecins vétérinaires du Québec

L’Ordre des médecins vétérinaires du Québec est un organisme, constitué en vertu du Code des professions du Québec et de la Loi sur les médecins vétérinaires, qui regroupe près de 2 600 médecins vétérinaires au Québec. Son mandat est d’assurer la protection du public en faisant la promotion d’une médecine vétérinaire de qualité qui vise l’amélioration du bien-être des animaux et le maintien de la santé publique.

 

Partagez cette nouvelle!

Retour à la liste des nouvelles