Conseils pour vos animaux

Le dégriffage félin : pensez-y bien !

Plusieurs maîtres songent à faire dégriffer leur chat après en avoir fait l’adoption. Saviez-vous que, comme toute chirurgie, cette intervention comporte certains risques de complications ? Il existe plusieurs solutions alternatives au dégriffage félin, prenez le temps de bien vous informer sur la question afin de prendre une décision éclairée.

Qu’est-ce que le dégriffage ?

L’onyxectomie, ou dégriffage, est une intervention chirurgicale qui n’est pas médicalement nécessaire et qui comporte des risques de complications. L’intervention consiste à une amputation de la troisième phalange du doigt.

Comparaison de l'amputation de la 3e phalange du chat avec une main humaine.

 

Les complications possibles

  • Douleurs
  • Hémorragies
  • Infections
  • Changements de comportement

Après l’opération, le poids de l’animal repose davantage sur la deuxième phalange, ce qui peut provoquer des inconforts. De plus, cette intervention chirurgicale peut entrainer une déformation (contracture) des doigts qui cause des douleurs lors de la marche. Il s’agit d’une intervention à ne pas prendre à la légère et il importe de considérer les autres options avant d’y avoir recours.

 

Le comportement félin

Se frotter les pattes sur le sol, sur les murs ou sur des objets est un comportement naturel pour le chat. Il est donc primordial de bien comprendre son comportement avant l’adoption d’un petit félin. Le chat « fait ses griffes » principalement pour :

  • Marquer son territoire autant visuellement que de manière odorante : des glandes sous ses pattes sécrètent des phéromones ;
  • User ses griffes et les entretenir ;
  • Étirer ses muscles et sa colonne vertébrale ;
  • Se détendre.

 

Pour éviter le dégriffage

Vivre avec un chat qui a ses griffes peut exiger une certaine adaptation. Heureusement, avec le renforcement positif et quelques efforts, votre chat peut apprendre à faire ses griffes là où il faut.

Trois grandes étapes pour y arriver :

1. La coupe régulière des griffes est la première habitude à intégrer dans votre routine pour bien cohabiter avec votre chat sans le faire dégriffer. En général, la taille des griffes doit s’effectuer une ou deux fois par mois.

2. L’utilisation d’un griffoir permet de satisfaire le besoin naturel du chat de « faire ses griffes ». Pour vous assurer qu’il soit utilisé par votre chat, votre griffoir doit être :

  • Assez haut (environ 95 cm) pour que le chat puisse s’allonger de tout son long ;
  • Installé à l’entrée de la pièce. Si le divan est le premier objet qui s’y trouve, c’est lui qui sera griffé ;
  • Attrayant grâce à un bâton-jouet ou un peu d’herbe à chat ;
  • Stable et solide afin d’éviter qu’il ne tombe.

Les couvre-griffes peuvent représenter une bonne solution, souvent temporaire, en attendant que le chat adopte le griffoir.

3. L’utilisation de récompenses (calins, gâteries, etc.) pour encourager le bon comportement de votre chat lorsqu’il fait ses griffes au bon endroit peut s’avérer une bonne stratégie complémentaire aux deux premières étapes.

 

Autres bonnes astuces !

L’enrichissement de l’environnement du chat, au moyen de jouets ou d’endroits où il peut grimper, permet de rediriger son désir de griffer. L’utilisation de vaporisateur de phéromones peut aussi calmer le chat ou réduire son anxiété.

 

Découragez-le. Si votre chat a élu votre divan ou un autre meuble, il faut rendre l’objet moins attrayant en y installant une toile de plastique, du papier d’aluminium ou du ruban adhésif sur ses deux côtés, jusqu’à ce qu’il ne s’y intéresse plus. Installez le griffoir près de ce meuble pour que votre chat le favorise lorsqu’il fait ses griffes.

 

Bon à savoir !

Diminuer les risques de griffades, c’est possible !

En éduquant les enfants à reconnaître et à respecter le langage corporel du chat, les risques de griffades diminuent. Un chat qui gronde, crache, fouette la queue ou aplatit les oreilles veut qu’on le laisse tranquille. Une autre stratégie gagnante est de définir un endroit dans la maison où votre chat peut se retirer pour ne pas être importuné.

Le dégriffage diminue-t-il les risques d’abandons ?

En réalité, beaucoup de chats dégriffés sont aussi abandonnés. Les causes les plus fréquentes d’abandon sont l’agressivité et la malpropreté.De plus, selon une étude parue en 2002 dans le Journal of the American Veterinary Medical Association, seulement 3,3 % des chats sont abandonnés pour cause de destruction du mobilier ou de comportements indésirables.

 

Pour des conseils sur la santé et le bien-être de votre animal, consultez votre médecin vétérinaire.

 

Retour à la liste des sous-catégories