Conseils pour vos animaux

La souris domestique

La souris domestique (Mus musculus) est malheureusement considérée par plusieurs comme étant de la simple vermine ou un vulgaire animal de laboratoire.

Cependant, les amateurs s’entendent tous pour dire que le petit rongeur est un animal de compagnie tout à fait charmant. La souris est discrète, amicale, enjouée et facilement apprivoisable. Il est aussi possible de lui enseigner des trucs en utilisant le renforcement positif.

Pour en savoir davantage sur la souris domestique : 

  • D’autres espèces de souris sont parfois gardées en captivité (souris pygmée, souris épineuse, souris rayée). Elles sont plus rares, mais non moins captivantes. Ces souris sont intéressantes à voir évoluer dans leur milieu, mais ne sont pas de bons sujets à manipuler.

    On les loge de préférence dans des aquariums à dessus grillagé avec des accessoires semblables à la souris commune. Les souris pygmées et épineuses sont frileuses et doivent vivre dans un environnement chaud (21 à 27°C).

    Caractéristiques des souris exotiques :

     

    Origine

    Caractère

    Couleur du pelage

    Poids (grammes)

    Longueur (cm)

    Longévité (années)

    Diète

    Souris pygmée d’Afrique (Mus minutoides)*

    Afrique du Sud, Sahara

    Timide, nerveuse, n’aime pas les manipulations

    Brun roux avec abdomen blanc

    8 à 12

    5

    1 à 3

    Moulée, graines, légumes

    Souris épineuse (Acomis sp)

    Déserts et savanes d’Afrique et d’Égypte

    Nerveuse, « mordilleuse »

    Caramel avec abdomen blanc **

    50 à 90

    10 à 11,5

    4 à 5

    Moulée pour rongeurs, criquets, vers de farine, graines, légumes, fruits

    Souris rayée (Lemniscomys barbarus)

    Plaines et savanes d’Afrique

    Nerveuse, difficile à apprivoiser

    Rayures marron, beiges et noires en alternance du cou au bas du dos. Abdomen crème. Anneaux sur la queue

     

    23 à 40

    15

    2 ½ à 3

    Moulée pour rongeurs, graines, fruits et légumes

    * Plus petit rongeur au monde.

    ** Des poils modifiés sur le dos ont la forme de piquants. Ils espacent la fourrure et aident à disperser la chaleur du corps.

  • L’urine des souris (en particulier celle des mâles) dégage naturellement une odeur musquée. Il est toujours surprenant de constater à quel point un si petit animal peut réussir à produire une odeur si puissante. Comme la souris s’affaire activement à marquer son territoire avec des gouttes d’urine, il est tout à fait normal qu’une odeur musquée se dégage de sa cage. C’est pour cette raison que les femelles sont souvent préférées aux mâles quand vient le moment de l’adoption. L'urine des femelles marque moins que celle des mâles et son odeur est beaucoup moins intense. La castration diminue beaucoup l’odeur de l’urine du mâle.

    Les souris sont sociables et aiment vivre en groupe. Il est recommandé d’en adopter au moins deux. Toutefois, ce ne sont pas toutes les combinaisons qui sont gagnantes.

    La couleur d’origine de la souris est agouti, mais une multitude de mutations de couleur ont vu le jour avec le temps.

  • Idéalement, on adopte une ou plusieurs jeunes souris (de 4 à 6 semaines) afin d’en profiter le plus longtemps possible. Leur longévité oscille entre 1  an et demi et 2 ans et demi. Il faut éviter de mettre deux mâles dans la même cage, car les batailles sont vicieuses. Les femelles élevées ensemble s’entendent bien. Un mâle peut cohabiter avec une vieille femelle infertile ou s’il est castré, avec une ou plusieurs jeunes femelles.

    Avant de choisir une souris femelle, il faut s’assurer qu'elle a été séparée des mâles dans des cages différentes avant l’âge de cinq semaines. Une grossesse surprise est toujours possible dans un groupe mixte.

    Évaluer la santé

    Une souris en santé a les yeux brillants, son museau est propre et son pelage est lustré. Aucune galle ou plaie n’est présente sur son corps. Si au moins une souris du groupe fait des bruits respiratoires ou éternue, il y a un problème.

    Évaluer le caractère 

    Une souris de bon tempérament se laisse prendre sans tenter de mordre et elle accepte de rester dans les mains.

    Déterminer le sexe

    Chez le mâle, la distance entre l’anus et l’organe sexuel est environ deux fois plus grande que chez la femelle. Chez le mâle adulte, les testicules sont visibles.

  • Une cage à petit grillage (1 cm et moins) et à fond de plastique ou un aquarium muni d’un couvercle grillagé font un bon environnement pour le petit rongeur.

    Souris domestiques

    Accessoires pour agrémenter la cage :

    • Du papier déchiqueté ou des disquettes de papier (care fresh) sont de bons choix de substrat à mettre au fond de la cage. Les substrats durs tels que des rafles de maïs, du papier recyclé compressé ou autre ne sont pas confortables et sont à éviter.
    • Cachette : boite cartonnée, demi-noix de coco renversée et percée d’un grand trou, nid pour pinsons en rotin, petit panier d’osier naturel.
    • Roue d’exercice : privilégier celles à la surface de course pleine, car le grillage est moins confortable pour les pieds. Le diamètre doit être suffisant pour que l’animal ne courbe pas anormalement le dos vers l’arrière quand il l’utilise. De plus, s’il y a plusieurs souris dans la cage, plus d’une roue devrait être installée.
    • Échelles de bois.
    • Gros cordages suspendus ou perchoirs d’oiseaux en cordage.
    • Sac de papier rempli de foin sec.
    • Boule de papier chiffonnée dans laquelle une gâterie est cachée.
  • Dans la nature, les souris déposent de minuscules gouttelettes d’urine sur le sol en marchant. De cette façon, elles peuvent retrouver rapidement leur chemin de retour si un danger survenait. En captivité, elles conservent ce comportement, particulièrement quand elles courent dans leur roue d’exercice. Cet accessoire est donc responsable en grande partie de l’odeur émanant de la cage. La cage doit être nettoyée très souvent.

    Dans un groupe de souris, il arrive que l’individu subordonné se fasse raser les poils de la face ou des pattes avant par la souris dominante. Si la souris dominante peut être identifiée, on la retire du groupe. Il est aussi possible de mettre plus de cachettes et d'agrandir le territoire (plus grande cage).

  • La souris nettoie elle-même son pelage en se léchant. Les bains ne sont donc pas nécessaires.

    Les griffes peuvent être limées au besoin.

  • Une diète équilibrée se compose d’environ 80 % de blocs de moulée pour petits rongeurs et de 20 % de grains et de légumes. Un petit morceau de fromage peut être donné à titre de gâterie, à l’occasion.

    • Infections respiratoires : causées par un complexe de bactéries, mycoplasme et virus, les infections respiratoires chez la souris ne sont pas toujours faciles à traiter. Le stress, la surpopulation, l’exposition à des substances irritantes (vapeurs d’ammoniac d’une cage souillée par de l’urine, copeaux de cèdre) sont quelques exemples de situations prédisposant la maladie. La souris incommodée éternue souvent et des sécrétions nasales et oculaires rougeâtres sont observées. Si la condition n’est pas traitée, elle peut dégénérer en broncho-pneumonie. La souris fait alors des efforts pour respirer (ses flancs creusent à chaque inspiration) et des bruits respiratoires sont audibles. Un traitement précoce donne de meilleurs résultats et diminue le risque de décès.
    • Souris Dermatite ulcérative Dermatite ulcérative : des lésions cutanées apparaissent dans la région du cou, de la face, à la base des oreilles et entre les épaules. La souris se gratte frénétiquement et la peau devient ulcérée et saigne. Il peut y avoir plus d’une cause à ces démangeaisons : parasites cutanés, infection bactérienne secondaire, génétique. Le traitement vise à contrôler la douleur et l’infection et à traiter la cause, si possible. Certaines souris ne répondent malheureusement pas aux traitements.
    • Tumeur des glandes mammaires : une ou plusieurs masses apparaissent sur l’abdomen ou le thorax de la souris. La majorité de ces tumeurs sont malignes.
    • Obésité : plusieurs souris souffrent d’embonpoint quand elles sont nourries exclusivement d’un mélange de grains pour rongeurs. Leur longévité peut en être affectée.
  • D’autres espèces de souris sont parfois gardées en captivité (souris pygmée, souris épineuse, souris rayée). Elles sont plus rares, mais non moins captivantes. Ces souris sont intéressantes à voir évoluer dans leur milieu, mais ne sont pas de bons sujets à manipuler.

    On les loge de préférence dans des aquariums à dessus grillagé avec des accessoires semblables à la souris commune. Les souris pygmées et épineuses sont frileuses et doivent vivre dans un environnement chaud (21 à 27°C).

    Caractéristiques des souris exotiques :

     

    Origine

    Caractère

    Couleur du pelage

    Poids (grammes)

    Longueur (cm)

    Longévité (années)

    Diète

    Souris pygmée d’Afrique (Mus minutoides)*

    Afrique du Sud, Sahara

    Timide, nerveuse, n’aime pas les manipulations

    Brun roux avec abdomen blanc

    8 à 12

    5

    1 à 3

    Moulée, graines, légumes

    Souris épineuse (Acomis sp)

    Déserts et savanes d’Afrique et d’Égypte

    Nerveuse, « mordilleuse »

    Caramel avec abdomen blanc **

    50 à 90

    10 à 11,5

    4 à 5

    Moulée pour rongeurs, criquets, vers de farine, graines, légumes, fruits

    Souris rayée (Lemniscomys barbarus)

    Plaines et savanes d’Afrique

    Nerveuse, difficile à apprivoiser

    Rayures marron, beiges et noires en alternance du cou au bas du dos. Abdomen crème. Anneaux sur la queue

     

    23 à 40

    15

    2 ½ à 3

    Moulée pour rongeurs, graines, fruits et légumes

    * Plus petit rongeur au monde.

    ** Des poils modifiés sur le dos ont la forme de piquants. Ils espacent la fourrure et aident à disperser la chaleur du corps.

Retour à la liste des sous-catégories