L'Ordre

L’accessibilité aux services vétérinaires : une priorité pour l’Ordre!

L’accessibilité aux services vétérinaires : une priorité pour l’Ordre!

Au cours des dernières années, on le constate de plus en plus, il est toujours plus difficile d’accéder aux services d’un médecin vétérinaire. Que ce soit dans le domaine des grands animaux, des petits animaux, de la santé publique, dans les grands centres ou en région éloignée, il s’agit d’une problématique qui est présente partout et qui préoccupe l’ensemble de la profession.

C’est d’ailleurs pourquoi l’accessibilité aux services vétérinaires a été identifiée comme l’un des 5 enjeux prioritaires de la planification stratégique 2019-2022 de l’Ordre des médecins vétérinaires du Québec.  

L’Ordre est extrêmement préoccupé par la santé et le bien-être des animaux qui ne peuvent accéder à un médecin vétérinaire, mais aussi par la santé physique et mentale de ses membres. C’est pourquoi il ne ménage pas ses actions pour trouver des solutions à ce problème.

 

Les actions de l’Ordre

L’Ordre travaille avec tous les acteurs du milieu pour résoudre cet enjeu et agit dans toutes les sphères où il peut avoir un impact.

À titre d’ordre professionnel, le champ d’intervention de l’Ordre se concentre principalement (sans s’y limiter) sur des actions en lien avec les lois et les règlements qui encadrent la pratique de la médecine vétérinaire. Nous ne pouvons pas obliger des médecins vétérinaires à aller desservir un territoire ou un autre, par exemple.

Voici les grandes actions de l’Ordre :

  • Révision du règlement concernant la délégation d’acte en cours. Nous souhaitons faire en sorte que les techniciens en santé animale soient utilisés à leur plein potentiel et aussi, élargir la liste des personnes pouvant se faire déléguer des actes par les médecins vétérinaires.  
  • Révision du règlement en lien avec l’admission en cours afin de permettre une plus grande intégration des diplômés en médecine vétérinaire de l’extérieur du Québec.
  • Télémédecine en médecine vétérinaire. Nous avons lancé un guide pour outiller les médecins vétérinaires et favoriser le recours à cette option lorsque possible.
  • Collaboration étroite avec la Faculté de médecine vétérinaire sur le dossier des admissions et sur le cursus universitaire.
  • Révision des normes de pratique afin de s'assurer qu'elles ne nuisent pas à l'accessibilité aux services vétérinaires.
  • Développement d’un guide sur l’accessibilité aux services vétérinaires.
  • Collaboration avec un chercheur de l’UQAM pour documenter la problématique de rétention en médecine vétérinaire.
  • Mise en place d’un comité de relève et de maintien dans le domaine des animaux de compagnie ayant pour but d’identifier des solutions pour améliorer l’accès aux services vétérinaires dans ce domaine.

 

Des solutions particulières au domaine des grands animaux et des régions

En plus de mettre en place les stratégies énoncées précédemment, l’Ordre fait partie d’un comité multidisciplinaire qui comprend plusieurs associations vétérinaires, le MAPAQ, l’UPA, le CDMV et la Faculté de médecine vétérinaire. Ce comité a été créé, en 2018, dans le but de résoudre la problématique de pénurie de main-d’œuvre dans le domaine des grands animaux. Déjà, quelques actions tangibles en ont émané.

Pour la cohorte 2020 à la Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal, ce sont 15 places qui ont été réservées au doctorat en médecine vétérinaire pour des étudiants qui souhaitent œuvrer dans le domaine des grands animaux, et donc en région. De plus, des stages vétérinaires d’été sur les fermes ont été financés pour la première fois l’an dernier par le MAPAQ afin de susciter l’engouement pour le travail en région chez les futurs vétérinaires.

Un projet de programme de doctorat en médecine vétérinaire satellite en collaboration avec l’Université de Rimouski permettra d’ouvrir 25 places supplémentaires en région. L’annonce officielle a été faite au cours du mois de juin 2022.

 

L’Ordre sollicite la patience

Bien que les retombées de ces initiatives pourraient prendre encore quelques années avant de se faire sentir, l’Ordre, ainsi que tous les acteurs de la profession vétérinaire, considère la pénurie de médecins vétérinaires comme un enjeu prioritaire. Nous saisissons toutes les occasions d’agir sur cette problématique à plus court terme. Au cours des dernières semaines, plusieurs médecins vétérinaires ont quitté les bancs de l’école vers le marché du travail. Nous suggérons aux communautés de mobiliser leur milieu pour créer des conditions favorables à l’attrait et à la rétention de médecins vétérinaires dans leur région.

 

Pour les propriétaires d’animaux

Afin d’éviter que la situation ne se détériore dans le temps, l’Ordre invite les propriétaires d’animaux à la patience, à la compréhension et au calme. L’Ordre recommande également aux propriétaires d’animaux de tenir compte de la situation et d’adopter un comportement préventif, le plus possible (prendre ses rendez-vous d’avance, s’assurer d’une bonne médecine préventive, être à l’affût de la santé de son animal).

  • Évitez les contacts entre vos animaux et ceux des autres, surtout si votre animal n’est pas à jour dans sa vaccination et s’il présente des symptômes.
  • Évitez les endroits publics et les parcs à chiens.
  • Vérifiez l’accessibilité aux soins vétérinaires dans votre région et connaissez vos options en cas d’urgence. Faites un plan d’urgence à l’avance.
  • Demeurez à l’affût de la santé de votre animal, n’attendez pas que la situation soit critique pour contacter votre médecin vétérinaire.
  • Soyez au fait des obligations des médecins vétérinaires en cas d’urgence, mais aussi de vos responsabilités en tant que propriétaire d’animal.

 

Davantage d’explications sur la situation ainsi que des conseils pour les propriétaires d’animaux sont disponibles sur le site de l’Ordre des médecins vétérinaires du Québec au www.omvq.qc.ca. L’Ordre invite le public à s’y référer.

Partagez cette nouvelle!

Retour à la liste des nouvelles